• "Si vous avez compris, vous avez surement tort"
    Jacques Lacan

    Image cliquable

     

    18 janvier 2017 © Loqman

    Yes, on cane, (comme tout le monde).


    9 commentaires
  • - C’est quoi l’code, déjà ? 

    Image cliquable

     

    18 janvier 2017 © Loqman

    Amour en Cage.


    18 commentaires
  •            Mon Petit Manolo,

              Tu sais bien que je t’aime, autant que tes petits camarades de la politique. Je ne fais pas différence entre vous tous : les Marine, Peillon, Mélenchon, Macron, Montebourg, Fillon et autres… Vous êtes tous tellement pathétiques engoncés dans vos petits costumes de postures brodés d’ambitions.  

               Toi et tes petits copains vous nous présentez un programme, comme on offre un paquet cadeau, le beau papier, le ruban doré: tout y est. Tout y est, selon votre vision d’un monde qui doit être bel et bon pour 60 millions de français. Si par malheur, on relève dans vos évangiles programmes tel ou tel point qui ne nous convient pas : on sort le 49-3 et/ou la sulfateuse! C’est comme ça, un "poing" c’est tout. Moi, je sais ! Moi je veux ! La France a besoin…! Les Français attendent…! Moi président, Moi le chef, Moi et vous les bouseux… Vote, rentre dans le rang, raque au guichet et pisse droit.

               "Mais je suis un démocrate, vous avez bien le droit de ne pas être d’accord avec moi"  nous disent les beaux sires pour adoucir nos ires.

    NB : Le tableau qui illustre cette page est de Laurent de La Hyre (Elle est pas belle celle là ?)

     

               Nous sommes donc condamnés à prendre un paquet, un kit, comme on achète un colis surprise sur internet pour les fêtes. Sur la photo de mon achat pour noël l’an passé, au-dessus du panier la boite de foie gras m’avait paru plus grosse, l’étiquette de la bouteille de champagne n’était pas complètement lisible, un peu cachée pas la guirlande, j’avais lu : « Veuve Clicquot » mais c’était du « Veuve  Mytho » C'était pas si bon, mais bon, ça moussait quand même. Le pire c’est ce qu’il y avait au fond du colis : les papillotes 100% huile de palme qu’on a offert à des Roms qui trafiquent des enfants et espérant que ça les fasse rentrer au pays, raté. C’est la dinde en carton lyophilisée ou le camembert made in china qui a sans doute rendu le chien et ma belle-mère malades.

    Ce qui a eu quand même son petit avantage pour le réveillon du 1er : On a pu passer à l’an nouveau gentiment, sans entendre aboyer toute la soirée, vu que belle-maman était toujours à l’hôpital. 

    Manuel Valls (et les autres !)Démocrate (s)?

    Laurent de La Hyre (1606-1656)
    Laban cherchant ses idoles dans les bagages de Jacob
    Musée du Louvre -  Image cliquable


               C’est pas ça la démocratie, ça, c’est du commerce au porte à porte, c’est de l’achat sur catalogue et en plus on n’a pas droit au délai de réflexion ni au désistement. Tu prends ton colis et tu la fermes.

                J’aime pas cette forme de démocratie théocratie quinquennale, alors, je l’ouvre sur vos pages Facebook, en me payant vos tronches pétries de certitude. Vous avez les idées parait-il, et moi j’ai le foutage de gueule facile, on est quitte.

               Tous tes petits camarades encaissent sans broncher, sauf toi, mon petit canard grippé, tu m’as bloqué sur ton Facebook et pourtant, tu n’es pas ma victime la plus à plaindre. Si tu savais comment j’assaisonne la Marine ou le Mélenchon.

     

    ¿Manolo democrático? No me diga!

    Liens de cette page envoyé à Valls par l’intermédiaire d'un autre compte Facebook que le mien,
    pour solde de tout compte.


    27 commentaires
  • Grignoter les interdits...

    Image cliquable

     

    12 janvier 2017 © Loqman

    Pac-Man.


    4 commentaires
  • Finalement, je trouve qu’elle me fait un gros cul…

    Image cliquable

     

    12 janvier 2017 © Loqman

    Petite robe en solde…


    17 commentaires
  • …j’en ai plein l’dos

    Image cliquable

     

    03 décembre 2016 © Loqman

    Ce mec…


    21 commentaires
  • Image cliquable

     

    05 novembre 201- © Loqman

    Nez-nez.


    7 commentaires
  • Emmitouflé jusqu’au cou, drapé dans sa dignité, hautain, imbu de sa personne, ce con m’a bousculé sur le trottoir sans une excuse pour sa maladresse.

    Image cliquable

     

    06 janvier 2017 © Loqman

    Le Sapin pète sec.

    Résolution 2017: ne plus jamais sortir sans une hache dans ma poche…


    12 commentaires
  • Un sapin, une fois qu’il a servi, n’est pas très commode pour le rangement, sa manie d’étaler ses nombreux bras à l’horizontale autour de son axe en fait un des objets les moins pratiques pour nos placards.

    Ceci explique que passées les fêtes de fin d’année, nos sapins sont des milliers à se retrouver abandonnés sur nos trottoirs, alors qu’ils n’ont servi qu’une fois.

    De là vient le proverbe bien connu de janvier :
    « Qui veut se débarrasser de son sapin, l’accuse de la range »

    Ne pas confondre avec le proverbe de juillet :
    « Qui veut se débarrasser de son chien, l’accuse  de la rage »

    Heureusement, des chercheurs ont pris le problème en main. Par des sélections rigoureuses, ils sont sur le point de nous offrir un produit qui va nous simplifier la vie : Le sapin manchot.  

    Élégant, fin, racé, multifonctions, le sapin manchot comblera toutes vos attentes: manche à balai, manche dans le métro, manche pour joueur de poker, manche gigot pour mannequin anorexique… Ce nouveau sapin manchot comblera les plus exigeants.  

    Hourra !!!

    Image cliquable

     

    04 janvier 2017 © Loqman

    Le Sapin Manchot

     

    PS : A vendre:

    Superbe lot de décorations et de guirlandes de noël. Seconde main, bon état, faire offre…


    16 commentaires
  • La Griffe du loup lance un exercice, consistant à placer les mots de vieux français suivants: CHANGEOTTER (changer souvent d'avis, d'endroit) ENFOIRER (couvrir d'ordure) et GUILLER (tromper) dans un texte ou un commentaire. LINK

    Finalement, de trois fois rien, j'en ai fait une tartine.

    La voici.

                Once Upon a Time...

              Un jour, Saint Guy en mal d’un toit où installer ses pénates et sa danse, se prit d’affection pour un petit homme. Il posa son baluchon là ou il aime tant à siéger: à la droite du chef. Le chef, celui qui se couvre ou se découvre selon les activités du moment de celui auquel il appartient ou les obligations sociales qu’il cultive. C'est-à-dire : la tête. Au début, St Guy installé dans son nouveau logement se faisait plutôt discret: un sursaut par ci, une cabriole par là, un haussement d’épaule hors propos, un dodelinement de la tête sans raison… Mais cela ne devait pas durer...

            Le petit homme en fut un peu gêné au début, mais bien vite il adapta ses soubresauts grandissants par une anticipation et l’adaptation de son handicap aux circonstances de la vie.

              Lui, à qui l'on reprochait souvent des poignées de main sans enthousiasme, devint le champion du shacke hand. Dès qu’il pressentait une montée d’énergie allait parasiter dans son bras, il se jetait sur le premier quidam venu et lui secouait vigoureusement la main. Ainsi, il acquit rapidement une grande popularité et envisagea  bientôt de se lancer dans la politique.  

              Ce qui était une gêne devient rapidement une arme. Du haut de l’estrade, il haranguait les foules, marchait à pas saccadés, tressautait devant son pupitre, un pas de gigue un avant, deux pas de menuet de coté, sauts périlleux avant et arrière ponctuaient les grandes lignes de son programme… Invariablement il terminait ses péroraisons par un double axel avec pirouette-cacahuète salée et jeté de pains au chocolat dans la foule en délire.

              Suivait un apéro saucisson à volonté ou notre homme déchargeait le trop plein d’énergie que St Guy lui fournissait gratuitement par des poignées de main vigoureuses à ses admirateurs, tout en grignotant les cacahuètes  et les chocolatines récupérées sur la scène et dans la salle. Temps de crise obligent…

              Un soir, après une prestation  particulièrement réussie, tout à ses ambitions proches de se réaliser, le petit homme sans se rendre compte de ce qu’il faisait, se bâfra de chocolatines. Y en avait-il dans le lot une de pas fraîche ?  Normalement il prenait toujours soin de vérifier leur agressivité latente en les piquants avec la pointe de son couteau pour les voir se rétracter en montrant des dents acérées. Ensuite, il les asphyxiait par un jet de citron hasardeux, en raison du désordre de ses gestes. A-t-il raté sa cible ce soir là ? Un de ses adversaires a-t-il tenté de se débarrasser de ce candidat aux élections ? Rivalité ? Poison ? Jalousie ? Nul ne le saura jamais…

              Dans la nuit il fut prit de malaises et courut se réfugier dans les toilettes. En peu de temps in se transforma véritablement en un ENFOIRÉ de première. Saint Guy qui ne lui laissait aucun répit l’obligeait  à CHANGEOTTER constamment sans aucune pitié pour les murs fraîchement repeints. GUILLÉ par son estomac, le petit homme prenait soudain conscience que son destin politique était bien compromis : La République ne lui permettrait jamais que l’on souille ainsi ses nobles lieux d’aisances, dorés à la feuille de nos impôts. Les portes de l’Élysée se refermaient inexorablement devant lui…

                Dans un éclair de lucidité que seuls les génies peuvent avoir au mieux de leur art, le petit homme se dit alors:

    - "Cette fois ci, je suis vraiment dans la merde"

    28 janvier 2015 © Loqman

    Once Upon a Time…

    Toute ressemblance avec des chocolatines existantes serait pur fruit du hasard.


    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires