• V, comme Veste

    Émile Verhaeren :

    Amours rouges

    Et qu'importent les mots méchants et les parlotes
    S'ils ont la volupté de se sentir à deux?
    Que lui font l'œil mauvais et les cris de bigotes,
    Quand au soir descendant, au long du chemin creux,
    Il la sent s'allumer de charnelles tendresses,
    Qu'il l'étreint contre lui, regarde longuement
    Son cou large, où sont faits des coins pour les caresses,
    Ses yeux d'où sort l'ardeur de son embrasement;
    Qu'elle vibre et s'affole et s'offre tout entière,
    Que la rage d'aimer l'enflamme, qu'elle veut,
    Tant le sang de son cœur lui brûle chaque artère,
    Tant hurlent ses désirs et ses instincts en feu,

    Ses instincts en feu portaient la petite veste à aimer un pompier.
    Une cruelle déception la rapprocha d’un extincteur.
    "Faute de grives on  mange des merles"

    Image cliquable

    27 février 2016 © Loqman

    V, comme Veste

    « Solitude Urbaine. Marions-les… »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mars 2016 à 06:52

    Chapeau l'Artiste !

    Je t'ai vu prendre cette photo....

    yes  BRAVO pour la publication.

     

     

     

     

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 07:43

    ...qui a pris "une veste"????

    Bises du jour de Mireille du Sablon

      • Jeudi 3 Mars 2016 à 07:52

        Moi ? Une veste ? Jamais ! Un râteau peut être ...

    3
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:39

    Y a urgence. Manquerait plus qu'on se mette à devoir manger des corbeaux !

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 08:55

        Un corbeau, une corbelle ?
        Une corbelle à papier ?

        Du papier mâché ?

    4
    Jeudi 3 Mars 2016 à 12:31

    Très beau poème !
    Et j'aime aussi le texte en italique...
    Le tout bien illustré, à moins que ce soit l'inverse :-)

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 08:55

        Merci Didier.

    5
    Jeudi 3 Mars 2016 à 16:54

    Un grand poème !

    Internet regorge d'oeuvres à la prétention poétique et littéraire

    Mais n'est pas poète qui veut...

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 08:57

        Un grand poète que je détestais petit, à l'école. Les temps changent... wink2 

    6
    Jeudi 3 Mars 2016 à 17:46

    objets inanimés....

    ben l'Emile,je lui connaissais ce talent coquin

    7
    Jeudi 3 Mars 2016 à 21:22

    çà marche aussi en retournant sa veste !! cool

      • Vendredi 4 Mars 2016 à 08:59

        Très à la mode en ce moment, le retournage de veste sans toucher les manches.

    8
    Vendredi 4 Mars 2016 à 11:24

    c'est peut-etre un sac à dos déguisé en extincteur pour tromper l'ennemi hehe    (comme ça on ne pense pas à fouiller tes poches !!..)  intello 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :